Les fruits de juin-juillet virent au rouge

dieteticienne-legumes-avril-metz-fruits-rouges

Les fruits de juin-juillet virent au rouge, le plein d’antioxydant vecteur d’une énergie au top.

Comme le précise l’institut national contre le cancer, l’alimentation fait parti des comportements sur lequel on peut agir pour la prévention des cancers par l’apport en amont de fibres alimentaires, sels minéraux, vitamines et antioxydants. Le lycopène est un des antioxydants vedette du mois de juin, à quoi sert un antioxydant ? : c’est une molécule capable de neutraliser ou de réduire l’impact des dommages causés par les radicaux libres responsables du vieillissement prématuré des cellules et donc de la survenu de troubles, de maladies, voir de lésions cancéreuses.

Le lycopène de la famille caroténoïde et le pigment rouge que l’on retrouve dans les tomates, le pamplemousse rose et la pastèque. Le lycopène renforce le microbiote en augmentant sa richesse et sa diversité ; limitant notamment la prolifération excessive de certaines bactéries entrainant l’inflammation de la sphère digestive. Il réduit la stéatose hépatique ; soit un excès de graisse dans le foie associé à une obésité ou une alimentation trop riche en graisses saturées.

La tomate très peu calorique, 16 calories pour 100g et son gout acidulé dû à la présence d’acide citrique et acide malique, très riche en fibres alimentaires, vitamine C, vitamine E, folate (vitamine B9) et composés phénoliques. Composé à 95% d’eau et consommé crue en salade, elle réhydrate le corps, notamment lorsque les températures grimpent. La tomate maximise sa concentration en lycopène lorsqu’on consomme en sauce tomate, car la chaleur libère le lycopène des cellules de la tomate. Cuisinée avec de bonnes graisses végétales comme l’huile d’olive riche en oméga 6 et les huiles de tournesol riches en oméga 3, vous ne verrez plus votre sauce tomate comme un aliment gras interdit trop gras ou trop lourd.

Restons dans le rouge avec les fruits et les baies contenant des polyphénols : des antioxydants de la famille des flavonoïdes, ils contiennent des pigments colorés, les anthocyanes qui donnent leur belle couleur flamboyante aux fraises, framboises, myrtilles, cassis. Ces fruits sont très riches en potassium (nécessaire pour le bon fonctionnement du cœur) en vitamine C. Et bien sûr leur apport en polyphénol, antioxydant permettant un soulagement veineux (ils augmentent la résistance des vaisseaux sanguins et améliorent la fluidité du sang). Ce sont également des fruits bonne mine qui vont réveiller votre temps.

Alors en juin, mangez et voyez en rouge.

Un petit déjeuner sain équilibre sans frustration par votre diététicienne à Metz

petit déjeuner nutritionniste metz

Les fausses bonnes idées.

  1. Boire un jus d’orange pour faire le ‘’plein d’énergie’’. C’est faux, puisque c’est un apport de sucre sans fibre alimentaire qui provoque un pic glycémique (indice IG 63), il contient autant de sucre qu’un coca. Cela provoque deux après l’ingestion un coup de fatigue lié à une chute de sucre dans le sang et qui peut occasionner des pulsions de grignotage.
  2. Pain blanc et confiture : bombe à sucre à IG élevé de 70. Le pain est composé de farine blanche ne contenant ni son, ni germe de blé, il ne reste plus que l’amidon (grande chaine complexe de sucre). Sans parler du gluten qui transforme l’intestin en passoire et rend sa paroi poreuse.
  3. Il faut trois produits laitiers par jour. Attention des études récentes qu’un excès d’apport de calcium diminue l’absorption de sels minéraux tels que le calcium. La consommation moyenne serait le double des recommandations de l’OMS car 500 milligrammes serait l’apport suffisant. Beaucoup ne digèrent pas le lactose par manque de production d’une enzyme intestinale, la lactase permettant au nouveau-né de d’assimiler le lait maternel, sa production diminue au fil de l’âge. De plus le lait de vache contient des hormones : insulines et estrogènes utiles pour le veau qui passera à deux cents kilos en 6 mois. Je vous recommande de choisir plutôt un lait de brebis, riche en bonnes graisses graisses Omega 3, ou d’opter pour un lait végétal : avoine, riz, amande, noisette, qui sont un apport conséquent de calcium (voir la vidéo).
  4. L’œuf incriminé pour son apport de cholestérol. Vous pouvez manger jusqu’à un œuf par jour, car malgré le fait qu’il contient du cholestérol, celui est entièrement digéré avec un CUD de 100% (Coefficient d’Utilisation Digestive). De plus le jaune d’œuf contient de la lutéine et de la zéaxanthine qui protègent les yeux de la cataracte et de la dégénérescence maculaire.

Passons au petit déjeuner sain et équilibré : qui contient des vitamines, des protéines, des bons glucides et des acides gras de bonnes qualités (bonnes graisses). En fruits je vous propose un jus de citron à prendre 15 minutes avant tout le reste, vertu cholagogue permettant de mieux faire travailler le foie s’il on veut mincir. Si vous voulez consommer des fruits, espacez de 30 minutes avant le petit déjeuner ou deux heures après.

Le polen : je vous le conseil aux intersaisons en cure d’un mois à prendre également à jeun après le jus de citron. Il contient 20% de protéines assimilables et apporte les 8 acides aminés essentiels, tous les 8. Le polen est riche en vitamines C, D, E et beta carotène. Il se comporte comme un pro biotique et préserve la flore intestinale. Ses propriétés dépendent des origines des fleurs : exemple le polen de chataigner renferme un acide aminé essentiel le tryptophan un acide aminé essentiel, précurseur de la sérotonine pour lutter contre le stress. Le polen de saule est efficace pour les troubles de la vision et la prostate. Le polen de printemps renforce les ongles et les cheveux, c’est un excellent booster qui revitalise votre organisme.

Le miel : un conseil d’utilisation, plutôt le matin : exemple une cuillère à café dans une boisson chaude surtout pas bouillante, il libère ainsi toutes ses propriétés et booste ainsi votre énergie. Ne jamais cuire ou diluer dans une boisson bouillante sous peine de dégrader ses propriétés.

Le sucre de fleur de coco : plus sucrant, plus gouteux, original au gout caramélisé, à contrario du sucre blanc ou de canne qui n’apportent que des calories vides, il est riche en vitamines, sels minéraux : potassium, zinc, fer, contient des polyphénols et probiotiques l’inuline nécessaire à une bonne flore intestinale. Riche en vitamine C et vitamines du groupe B, il a un indice glycémique très bas (24,5 contre 65 pour le sucre blanc ou de canne).

Le petit déjeuner pour les sportifs : vous pouvez vous en inspirer : un ou deux œufs coque, ou 20g de protéines de chanvre pour les végétariens, 30g d’oléagineux (noix du brésil, noisettes, amandes…), un fruit coupé avec peau bio (pomme, banane, myrtilles…), 15 à 20 de graines de lin à mettre dans un yahourt de lait de brebis, 30g de flocons d’avoine ou d’épeautre ou deux tartines de pain sans gluten et une cuillère à soupe de purée d’amande complète. Et encore une protéine : exemple saumon, jambon (de poulet ou de dinde).

 

Votre diététicienne à Metz vous conseille sur le grignotage pour perdre du poids

nutritionniste-metz-perte-de-poids-regime

Aujourd’hui je vous propose une solution pour les grignotages d’ordre émotionnels par la méthode de régulation des émotions afin de libérer les peurs.

Cette technique s’appelle aussi tipi, technique d’identification des peurs inconscientes. Elle a été mise au point par un chercheur et expert en habitudes comportementales (Luc Nicon, auteur de deux livres, « revivre sensoriellement » et « même plus peur » destiné aux enfants et aux familles).

 

 

Comment se déroule concrètement une séance de régulation émotionnelle)

C’est une capacité naturelle du corps à réguler un ressenti qui se pratique dans le moment précis où apparait l’émotion inconfortable voir désagréable) :

  • Je porte mon attention sur mes sensations physiques en situant exactement où cela se place dans mon corps.
  • Je suis simplement sans contrôle mental, le chemin de ses émotions, je les laisse évoluer, se transformer.
  • Et puis je m’en libère souvent à ce moment là je ressens une expansion, un retour au calme, un apaisement.

C’est à la portée de tout le monde, y compris des enfants, car c’est un programme qui est déjà en nous, tout comme les fonctions vitales produites par l’inconscient. Pour les enfants cela est extrêmement simple et explicite, n’ayant pas engrammé des expériences négatives ou des souvenirs souffrants. C’est une régulation émotionnelle simple que l’on peut faire soit même, pour les personnes qui ont besoin d’être accompagnées et qui pensent ne pas pouvoir y arriver seules, il existe un réseau de spécialistes qui peuvent travailler en utiliser des émotions remémorées. C’est le réseau que l’on appelle TIPI. Avec cette méthode vous n’avez pas de revenir à l’origine de cette blessure, de l’émotion ou de la situation qui a provoqué ces sensations désagréables. Le déroulé du TIPI prend à peine 20 à 60 secondes, mais n’hésitez à prolonger la séance si au départ vous avez du mal à retrouver calme et à plonger dans les sensations de votre corps.

Le corps va présenter les émotions les plus présentes, les plus habituelles et cela va amener un changement incroyable dans le temps et un apaisement immédiat. D’après Luc Nicon 5 à 10 régulations pour la même famille d’émotions suffiront pour guérir définitivement le stimulus qu’il a déclenché et transformer, votre vie sera transformée au niveau de cet état émotionnel précis. Et de plus toutes les émotions connectées ensemble seront également transmutées définitivement. Par exemple si vous travaillez sur la peur de parler en public 5 à 10 fois, une autre peur comme par exemple celle de paniquer quand vous ne touchez plus pied dans l’eau, pourra également se libérer sans même travailler dessus. Cela vous apprend aussi à lâcher prise, faire confiance à votre corps qui lui seul va décider des ressentis présent, ainsi que toute la famille qui est rattachée.

Vous rencontrez certainement d’autres peurs, certaines personnes en ont beaucoup, d’autres en ont de grandes craintes, la régulation est tout autant efficace qu’il s’agisse d’angoisse de stress, de panique, de tristesse, de peur d’une araignée, ou d’une plus grande peur.

Le TIPI permet de réharmoniser et de réactualiser ce qui s’est passé là où c’était intolérable pour la sphère sensorielle au moment des faits, par exemple la phobie enfantine, ou la parole mal comprise des adultes. On peut affronter cette émotion et la guérir.

A long court cette régulation des émotions vous coupera définitivement vos faims émotionnelles car les blessures se seront refermées. Elle rétablira une sensibilité saine, exprimée et assumée pour une meilleure relation à soi (confiance et estime de soi), aux autres à la nature et au monde en général.

 

Choisir ses glucides, ses sucres pour mincir sans frustration ni régime

choisir ses glucides diététicienne metz

Pour cela parlons de l’index glycémique qui définie la capacité de certains aliments (les glucides simples et les glucides complexes) à augmenter le taux de sucre dans le sang. Il indique surtout la vitesse à laquelle ces glucides arrivent dans la circulation sanguine.

Plus l’index glycémique (IG) est élevé, plus le taux de sucre va augmenter rapidement après absorption de l’aliment. Ceci aura pour conséquence la sécrétion par le pancréas de l’insuline dont la fonctionnalité est de réguler le taux de glucose à la baisse et lui permettre de retrouver une normalité physiologique autours des 1g par litre.

 

 

En conséquence plus l’IG est élevé plus la sécrétion d’insuline est importante et forme des piques (voir la vidéo). Or ces piques d’insuline correspondant à une arrivée trop importante de sucre et de manière trop rapide vont être stocké par l’insuline sous la forme de glycogène dans votre tissu adipeux. Concrètement ces glucides rapides à IG élevés sont responsables du dépôt de votre graisse sur votre silhouette (cuisses, hanches, etc…)

De plus on constate dans de nombreux cas un hyperinsulinisme réactionnel ou secondaire entrainant une alternance d’hyperglycémie et d’hyperglycémie, se traduisant dans votre quotidien par l’appel du sucre par le sucre, c’est-à-dire une prise glucidique toutes les deux ou trois heures, des compulsions sucrées liées à des sensations de manque de sucre, qui vous pousse à consommer sans cesse.

Ce cercle non vertueux va entrainer à nouveau du tissu adipeux et peut également vous rendre addicte aux produits sucrés.

Il est donc préférable de choisir des glucides complexes à IG bas, qui ne vont pas produire des piques d’insuline, éviter le stockage des graisses et donc grossir, ainsi qu’une dépendance compulsive aux glucides simples et produits sucrés à IG élevé.

Liste IG des aliments    

  • Famille des IG bas
    • Oléagineux, petits pois, noix, noisettes, graines
    • Certains fruits, pommes, poires, banane, kiwi, raisin
    • Certaines céréales, pain intégral, quinoa, riz complet ou basmati, muesli naturel
    • Patate douce
    • Certaines bonnes confiseries, chocolat noir à partir de 85%
  • Famille IG moyen
    • Pates complètes, pain complet
    • Cerises, ananas, melon
    • Certains chocolats à 60-70%
  • Famille IG élevé
    • Pomme de terre
    • Pain blanc
    • Pain de mie
    • Féculant trop cuit
    • Confiseries, bonbons
    • Pâtisseries sucrées à la farine blanche
    • Galettes de riz
    • Fruits secs
    • Sucre blanc
    • Miel (sauf certains comme le miel d’acacia)

Facteur pouvant modifier l’IG et conseils pour les repas de fête

Alcool, il apporte 7 calories par gramme et l’abortion de l’alcool est rapide et sans digestion, ce qui le place en IG très élevé (le sucre blanc n’apporte que 4 calories par gramme).

Conseil : boire deux verres d’eau par verre d’alcool, pour d’une part diluer et d’autre part éviter la déshydrations causée par l’alcool.

Pour les indices glycémiques élevé :  les équilibrer en les piégeant avec des apports importants de fibre (salades, légumes et fruits frais). Pensez à les consommer deux fois plus en quantité par rapport aux produits à IG élevé, les absorber également avec de bons acides gras ; ceci est valable quand vous consommer des fruits frais de manière à retarder l’arrivé trop rapide du fructose (sucre du fruit). A ce titre je vous invite à éviter les jus de fruit qui ne sont que des sucres rapides sans fibre avec des IG très élevés ; croquez plutôt un frais fruit en y mettant sa conscience, une bonne mastication, accompagné d’un oléagineux et soupoudrez de cannelle qui stabilise également le taux de glucose sanguin.

Les modes de cuisson

Ils influencent aussi les IG glycémiques. Préférez la cuisson al dente, car les féculents trop cuits se transforment en glucide simple à IG élevé.

Le froid, il permet de refermer l’enveloppe glucidique de se renfermer et d’en faire des IG bas (salade de lentille, salade carotte…)

La métaphore de cette fin d’année est votre première résolution

Souvenez vous de la fable du corbeau et du renard. Allez vous encore écouter les paroles de votre renard intérieur (votre tête ou mental – IG élevé), toutes ses paroles qui tournent en boucle : « tu ne vas pas te priver », « tu feras attention demain », « j’attends la fin confinement »… qui comme les flatteries du renard vous font lâcher votre fromage, vous vous jeter sur les apéritifs, les sodas, etc…

Plaisirs et flatteries éphémères qui laisseront longuement leurs traces après les quelques ruses du renard. Ou allez-vous enfin laisser votre corps utiliser vos cinq sens, réfléchir et observer en prenant plus de temps (IG bas) et donc garder votre fromage sans céder aux belles flatteries de maitre renard et sans le retrouver sur vos hanches.

Joyeuses fêtes !

Sans gluten ..mode ou solutions anti -grignotages et compulsions ?

gluten-metz-pain-regime-nutrionniste-dieteticienne

Qu’est ce que le gluten ?

Il s’agit d’une protéine qui part sa terminologie latine qui signifie colle ou glue, le gluten permet à une patte de type pain, pizza, brioche, d’avoir une belle élasticité et d’introduire pendant sa cuisson des bulles d’air pour obtenir une patte bien montée et levée. On trouve du gluten dans certaines céréales comme le blé, le grand épeautre, le boulgour, l’orge, le seigle et avoine. Pour l’éviter je vous conseille de consommer plutôt du riz (sous forme de farine ou sous forme de galette), la farine de petit épeautre, farine ou patte de mais, dont la maïzena, farine de Sarazin, le quinoa, la farine de châtaigne, les pattes à base légumineuses (pois, pois chiche, lentilles), le tapioca et les perles du japon.

 

 

Je ne m’adresserai dans cet article aux personnes qui ont une véritable intolérance au gluten qui se traduit par la maladie Coeliaque.
Effet de mode ou pas il paraitrait que plus de 80% des intolérants au gluten ne sont pas diagnostiqués. Les autres ont limité ou supprimé le gluten suite à une sensibilité ou hyper sensiblité à cette molécule qui se traduit par des ballonnements excessifs des sensations de gonflement ou de ballonnement excessif ou une accélération du transit. En effet la dégradation du gluten émet entraine la production d’un gaz, le méthane qui cause les inconforts et troubles digestifs. En terme nutritionnel et diététique faire attention à la présence de gluten permet de mieux observer son comportement alimentaire qu’à cela demande un peu de réflexion pour faire le bon choix (une application pratique : vous ne pourrez plus vous jeter sur votre morceau de pain en attendant votre plat au restaurant grâce à votre ami le gluten), en autre les tentations sont largement réduites ; je vous défie de rentrer dans une boulangerie et de trouver des produits sans gluten (un véritable challenge). Du coup c’est une solution pour moins craquer, moins grignoter et moins se laisser tenter.

Sans faire régime, puisque le pain, les pates et les pizzas ne sont pas interdites, mais remplacée judicieusement par des céréales plus saines, plus rassasiante et moins addictives, nous allons voir pourquoi.
Je considère que le gluten est devenu un problème. Il découle de la culture moderne de blé, il y a encore une cinquantaine d’année, les blés était encore à hauteur d’homme, mais la logique de la culture industrielle dans d’immense parcelles non protégées par une agroforesterie a conduit les semenciers à produire des hybrides de blé qui sont beaucoup moins hauts, quatre fois plus concentrés en gluten qu’auparavant. On parle même d’augmentation de gluten c’est quinze dernières années. Et alors me direz-vous ? De son nom originel latin glue ou colle, cette protéine le gluten parvient à perforer les villosités, échappe aux enzymes digestives censé être coupées en petits morceaux.

Le gluten arrive alors sous forme de grosses molécules dans le flux sanguin, cela va se balader dans vos articulations et surtout au niveau des récepteurs opioïdes dans le cerveau, ce qui vous rend dépendant, voir addicte et ces aliments, pain, pate, gâteau, pizzas, gâteau et vous vous dites, « je ne peux plus m’en passer ».
Pour toutes ces raisons je vous conseille de vous limiter d’au moins 50 pourcents votre alimentation avec gluten et de vous limiter durant trois mois si vous êtes à la recherche d’une perte de poids. Et de les remplacer par les farines et céréales sans gluten, comme le petit épeautre, sarrasin, mais, etc. Moins addictive et plus rassasiantes. Autre avantage, vous vous auto limitez, vos tentations seront beaucoup moins grandes, étant donné que ces aliments sans gluten sont beaucoup moins disponibles dans les points de vente.

Votre diététicienne à Metz vous fait découvrir les graines germées

Nutritionniste diététicien Metz

Pour retrouver vitalité et faciliter la perte de poids.

Cette technique de germination des graines date du temps des Essaimiers qui, il y a plus de 2000 ans utilisaient le blé germé pour fabriquer du pain.

Revenue à la mode depuis plusieurs années dans le cadre d’un régime équilibré et des tendances actuelles pour le « Manger cru » afin de préserver les vertus des vitamines.

Le trempage dans l’eau va réveiller la dormance de la graine qui va la faire germer. Au cours de cette germination, la gaine va subir une importante transformation en devenant une véritable bombe nutritionnelle concertant jusqu’à 20 fois sa teneur en nutriments, oligo elements, sels mineraux et vitamines, selon le docteur Tal Schaller et le professeur Joyeux. Cela sous-entend que la consommation de 30g de graines germées équivaut à 600g de légumes frais par exemple.
Les graines deviennent donc des compléments alimentaires « Naturels », à faible coût, fait maison donc hyperlocal ; respectueuse de la nature et des sols (complétement indispensable en hiver).

L’apport de vitamine C est multipliée par 100, cette vitamine préserve la vitalité du corps et le favorise le maintien d’un bon système immunitaire.
Cette technique rend les nutriments de consitution biodisponibles : par exemple les proteines sont découpées par séquence en acide aminés, idem pour les acides gras à partir des lipides.

Ces aliments sont prédigérés, plus riches en enzyme et permet donc une digestion plus facile.

Quelles sont leurs propriétés ?

Nous avons vu précédemment que le découpage séquentiel à partir des protéines est déjà fait ; ce qui permet aux acides aminées dits essentiels ( il y en a 8 que vous devez absolument apporter par l’alimentation).

Comme l’acide gama amino butyrique qui est deux à cinq plus concentré dans les graines germées ; ce dernier étant un puissant nervo régulateur. Elles augmentent les polyphénols, protecteurs cellulaires et puissants anti oxydants. Les taux de vitamine C, E, D et B9.

Elles diminuent la production d’acide phytique qui est un anti nutriment bloquant l’absorption intestinale du calcium, du magnesium, du zinc et du fer.
Certaines graines comme les carottes, celeri, cumin, carvi, améliorent et soulagent les problèmes digestifs : type ballotement et crampes.

Concernant la perte de poids et en complément des changements alimentaires, certaines graines comme le ribrin et les lentilles vont faciliter les résultats, voir les déclencher. Ces derniers ont une incidence sur la régulation du sucre de sang, de la glycémie et de l’insuline ; à savoir que tout surplus de glucose est stocké par l’insuline pour former votre tissu adipeux. Donc autant se faire une alliée de l’insuline en conservant une glycémie constante sans pic.

 

 

Des études ont prouvé des bienfais obtenus au bout de 8 semaines à raison d’une ration de 60g de graines par jour, ce qui est une dose normale.

Je regarde le meilleur pour la fin, le fenugrec est la graine qui permet de bien réguler la glycémie. La famille des brocolis aura une incidence bienfaitrice sur le foie ; principale émonctoire à garder en forme pour mincir durablement.

Autres avantages des graines germées, leur gout prononcé, leur texture croquante qui permettent d’apprécier les saveurs, contrairement aux aliments industriels au gout insipide et chimique, favorisant ainsi plus vite la satiété en évitant le stade la saturation (ventre explosé).

Autre bienfait « alfafa » riche en vitamine B, protecteur du système nerveux, efficace pour la beauté des ongles, cheveux, le système immunitaire (bien utile en hiver lorsque le soleil manque).
Le riz brun, le sarrasin et les poids chiche régule les triglycérides et le cholestérol donc on une action protectrice cardio vasculaire.

Les graines oléagineuses le tournesol, les amandes, le lin apportent les fameux omega 3.

Lors des troubles de ménopause, trèfle rouge et soja (le fameux haricot Mango) ont un effet phyto-estrogénique.

Ces bombes nutritionnelles, concentrées de vitamines, de nutriments directement assimilables se consomment plutôt crus à raison de 30g par jour minimum ou 60g pour une efficacité de type plante médicinale.

A utiliser sur vos potages, dans les salades !

Légumes lactofermentés : votre diététicienne nutrionniste à Metz vous conseille.

legumes-lactofermentes-dieteticienne-nutrionniste-metz-conseil-manger

Qu’est-ce que la lactofermentation ?

C’est une méthode ancestrale (plus de 8000 ans) de conservation des aliments qui ne nécessite aucun apport d’énergie comme la cuisson, la stérilisation ou la pasteurisation.
Cette technique est biologique, en effet sous certaines conditions, l’aliment peut se transformer grâce à la prolifération de bonnes bactéries après une dure bataille contre les bactéries putrécides entrainement des moisissures nauséabondes. Par exemple pour les légumes lactofermentés cette bataille dure sept à huit jours entre les bonnes et mauvaises bactéries, ce soldant soit par un aspect croquant légèrement acide, type cornichon ou une odeur très désagréable indiquant le combat perdu des bonnes bactéries lactiques. Dans ce dernier cas bien sûr, les légumes ne sont plus consommables.

Pourquoi consommer les légumes lactofermentés ?

Ce sont de véritables aliments utiles à votre ligne. Très facile à réaliser à la maison, elle permet de plus, elle permet une meilleure digestibilité, un regain de vitalité, et une stimulation du système immunitaire.
Hautement utile contre les inflammations du colon et les allergies liées à trop d’hygiène. Elle permet surtout de préserver le microbiote, anciennement nommée flore intestinale, notre deuxième cerveau. Les légumes lactofermentés sont des probiotiques puissants et complets, associés à des prébiotiques (petit sucre contenu dans les légumes qui fonctionne en synergie avec les probiotiques).
Selon le docteur Bertrand Gachot, infectiologue à l’hôpital universitaire Gustave Roussy, les légumes lactofermentés contiennent beaucoup plus de souches bactériennes, permettant ainsi la préservation maximale du microbiote, bien plus que leurs homologues que vous pouvez trouver en pharmacie et para-pharmacie.

A propos de la valeur nutritive : cette technique permet de multiplier la concentration en vitamines tout en gardant intact tous les nutriments, protides, lipides, glucides.
Un exemple marquant, le chou lactofermenté passe taux de vitamine C de 1 à 3 jusqu’à 10. Autres exemples d’aliments fermentés :
• le kéfir à base de fruit ou de lait
• certains fromages
• le roquefort contenant du Penicillium roqueforti
• la bière, le vin et le cidre (avec modération dans un juste équilibre d’une alimentation saine et équilibrée)
• le pain au levain
• terminons par le légume lactofermenté le plus connu : la choucroute, issu de la fermentation du choux

PS. Déconseillés aux femmes enceintes, demandez l’avis de votre nutrionniste à Metz Antoinette Sarica au 06 26 46 42 63

 

 

Le pouvoir de l’eau : nourrir sainement vos émotions 2eme partie

A glass of water macro shot

Emoto démontre la déformation de la structure de l’eau par exemple par le micro-onde ou des paroles de haine et de peur.

Tout simplement les canalisations qui nous amènent l’eau potable, en effet votre eau de consommation courante tourne en rond dans des tubes à angle droit, loin de sa forme naturelle de l’eau qui saute sur les bosses et les courbes joyeusement. Au microscope on voit cette eau du robinet former des clusters assemblés de façon chaotique sans esthétique ni symétrie, comme les cristaux de neige déformés d’Emoto.
Des applications concrètes commencent à émerger, loin des petites histoires de sagesse de nos anciens avec leurs carafes en argent pour rendre l’eau curative, ou nos paysans qui savaient de tout temps, il faudra vite aller cueillir les salades qui ont poussées sous l’action de la pluie d’orage.
Le docteur Herbert Klima a remarqué que les graines de soja émettaient six fois plus de photons pour leur croissance avec une eau dynamisée.
En agriculture l’eau structurée multiplie les valeurs nutritives des légumes, les rend plus réguliers, plus gros, plus forts, murs plus vite et le bonus poussent avec une économie de 20% d’eau.
Voilà de bonnes nouvelles : un pouvoir à se re approprier ! Naturel, accessible à tous, respectueux de la planète et de nos corps physiques et émotionnels.
• Celui d’informer l’eau pour améliorer notre vitalité, notre santé et immunité (en réorganisant sainement nos propres clusters par des émotions saines)
• Celui de pratiquer une agriculture intelligente plus rentable, plus respectueuse de nos agriculteurs, de la planète et de notre santé.

Le tuto que je vous présente est une manière simple de structurer l’eau, optez pour un regard avec une perspective différente et commencez grâce à ce supporter concret à créer un lien avec vos émotions, pour faire des choix conscients plus positifs et bénéfiques.

 

 

Nota-bene sur les vortex dont je vous parle dans le tuto vidéo : savez-vous qui fabrique des vortex ? H24 votre organisme, toute votre circulation sanguine. Le cœur n’a une puissance que de 80 watts pour irriguer 100 000 km de réseau sanguin de votre corps et cela est impossible sans les vortex. Car la nature est bien faite, nous avons à l’intérieur de nos vaisseaux des stries qui produisent des vortex pour que le sang sorte en torsade et que l’énergie soit décuplée et assurer le bon débit sanguin.
Les vortex sont comparables a des aspirateurs d’énergie qui propulsent ensuite la circulation sanguine.
L’eau adore les vortex, elle retrouve sa forme naturelle lorsqu’elle dévale la montagne en cascade, en torrent, d’ailleurs pour la petite histoire l’eau est naturellement structurée dans les cures thermales.

Jouez avec l’eau et que son pouvoir régénère vos cinq sens.

Pour prendre un rendez-vous chez votre nouvelle diététicienne à Metz :
un seul numéro ! Antoinette Sarica 06 26 46 42 63